Utility Link | Utility Link | Utility Link
subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link
entetePaillette Paillette
Chargement...

Bière Blonde Paillette

La Paillette
Paillette sousbock

Historique

1596 – Au Havre : Denis Glier crée sa propre brasserie au cœur de la vieille ville. Celle-ci est juste prévue pour alimenter la taverne attenante.

1603 – On dit qu’Henri IV y but une bière !

1820 – Embauché à la brasserie Vallois, successeur de Glier, Jacques Pierre Louer épouse Marie-France Paillette.

1832 – Jacques Louer se retrouve seul à la direction de la brasserie Vallois.

1847 – Le commerce Havrais est en pleine extension : construction du chemin de fer Paris – Le Havre. En collaboration avec les chemins de fer, un Wagon Paillette est créé.

1852 – La Brasserie Louer, petite entreprise de 9 personnes est toujours une exploitation artisanale. Jacques Louer décide de transférer son établissement dans la commune d’Ingouville, à proximité de la Chapelle Saint-Roch entourée de champs.

1856 - Jacques Louer meurt, année de l’achèvement de sa brasserie. Son fils lui succède, il épouse Emilie Paillette et n’a pas d’enfants. Ainsi lorsque le fils Louer se retire au profit de son neveu Philippe Paillette, la brasserie Louer devient la Grande Brasserie Alsacienne en 1880.

1858 - L’établissement comprend une petite chaudière verticale, une machine à vapeur de 4 CV, un moulin à malt et pompe.

1863 - Est installé un générateur à bouilleur de 2 m³.

1880 -   Philippe Paillette installe 2 groupes de cuves, l’un dans la brasserie, l’autre rue de Trigauville.La révolution au XIXème fût la découverte de la fermentation basse selon des procédés allemands utilisant la réfrigération. Aussi P. Paillette faisait-il venir de Norvège, par bateau, de la glace. Une partie du moût à fermenter était ainsi transportée à l’autre bout de la ville sur des voitures à chevaux et, le plus souvent, dans des cuves ouvertes.

1900 – Le fils de P. Paillette, Jacques, appliqua de nouvelles méthodes de fabrication dans la Brasserie (Etude : Ecole de Commerce du Havre, Ecole de Brasserie de Nancy), ceci anonça le début de l’industrie brassicole moderne. Reste seules les brasseries capablent d’investir dans les nouvelles technologies (première machine de froid, pasteurisation).

1903 -  Jacques Paillette fonde une société anonyme au capital de 500 000 Fr dont il devient le directeur à 26 ans, sous son autorité, la Brasserie Alsacienne – Bières Paillette va concidérablement s’accroître jusqu'à la guerre.

1906 – J.Paillette se marie et a 2 fils, puis pendant 40 ans, la concurrence sera féroce entre les  2 dernières Brasseries locales (Paillette et Polaire)

1914 – Paillette compte 100 ouvriers (200 pour Polaire).

1925 – Paillette et Polaire ont le même nombre d’ouvriers.

1938 – A l’aube de la guerre, Paillette absorbe Polaire, devenant ainsi le dernier Brasseur Havrais (280 000 hectolitres)

1939 à 1945 – C’est la guerre, les allemands occupent Le Havre, on fait la queue de la brasserie jusqu'à la Banque de France pour s’approvisionner en bière. Le mercredi est réservé aux livraisons allemandes. Dans les terribles bombardements la Brasserie n’est pas épargnée, presque totalement détruite. A cela s’ajoute la mort du père, Jacques Paillette, déporté.

1er Juin 1945 – Marc Paillette (24 ans) directeur, lance le premier brassin d’après guerre grâce à une volonté sans précédent, avec ses ouvriers.

1946 – Le plan d’urbanisme du Havre prévoit l’éloignement dans les faubourgs de toutes les industries. Mais comment trouver dans les mois à venir les centaines de tonnes d’acier et de ciment nécessaires à la reconstruction d’une usine aussi importante que la Brasserie Paillette? Des problème quasi insurmontables, très lourds de conséquences pour la suite, finalement Marc Paillette (25 ans) décide de rester dans le centre du Havre (donc pas de possibilité d’agrandir par la suite).

 

 

Historique | Le Site | Facebook | Contact | ©2003 Brasserie Paillette Valid XHTML 1.0 Transitional PAGERANK GRATUIT: Le google pagerank c'est pagerank gratuit ! BouteillePaillette